12 Classiques français que tout amateur de livres devrait lire

par Angelic

Couvrant une multitude d’époques, de genres et de formes, l’histoire de la littérature française offre une richesse d’œuvres sans égal qui ont suscité des mouvements littéraires, créé de nouvelles conventions et diverti des millions de personnes. Nous listons ici douze classiques d’avant la Seconde Guerre mondiale que vous devez lire.

La Belle et la Bête, Madame de Villeneuve (1740)

Ce conte de fées classique est inhabituel par sa longueur et sa complexité. Dans cette version, la Bête est une créature visuellement terrifiante mais douce qui traite la Beauté avec beaucoup de soin et de gentillesse. Chaque nuit, la Bête demande à la Belle de l’épouser, et chaque nuit elle le rejette jusqu’à ce qu’elle accepte finalement, seulement pour trouver quand elle se réveille le beau prince dont elle rêvait tous les soirs. L’histoire de Villeneuve comporte de nombreuses intrigues secondaires et des dispositifs fantastiques, ce qui en fait non seulement la narration d’un classique bien-aimé, mais aussi un récit convaincant.

Le Livre de la Cité des Dames, Christine de Pizan (1405)

Écrit par la prolifique médiéviste Christine de Pizan, Le Livre de la Cité des Dames est une œuvre extraordinaire, tant par son contenu que par le fait qu’il a été écrit par une femme au Moyen Âge. Dans son travail, de Pizan crée une ville allégorique de femmes célèbres, de la Vierge Marie à la reine de Saba, afin de défendre la valeur des femmes dans la société, et donc de réfuter les représentations contemporaines des femmes comme pécheuses et indignes.

Les contes de Mother Goose, Charles Perrault (1696)

On peut soutenir que Charles Perrault n’est rivalisé que par les frères Grimm en ce qui concerne la tradition européenne des contes de fées, beaucoup d’entre eux ont en effet été adaptés des propres collections de contes de fées de Perrault. Bien que l’acte de raconter des contes de fées se soit établi au 17ème siècle, en particulier par les femmes dans les salons, Perrault est souvent crédité pour concrétiser le genre, adapter des contes populaires bien connus et les réécrire dans une version définitive. De nombreux contes de fées célèbres d’aujourd’hui, notamment Cendrillon , le petit chaperon rouge et la Belle au bois dormant , sont issus des collections de Perrault.

Dangerous Liaisons, Pierre Choderlos de Laclos (1782)

Dangerous Liaisons est emblématique du roman libertin, un genre qui a balayé la France du 18e siècle, provoquant indignation et controverse dans les cercles sociaux pour ses représentations sans faille de la séduction, du désir sexuel et du mépris flagrant des normes sociales. En tant que roman épistolaire, Dangerous Liaisons est entièrement composé de lettres écrites entre les différents personnages, un dispositif qui permet au lecteur de comprendre et de contempler les différents masques que porte chaque personnage, ainsi que d’apprécier la représentation par Laclos de la valeur d’un langage soigneusement construit. dans l’art de la manipulation et de la séduction.

Les fleurs du mal, Charles Baudelaire (1857)

Les recueils de poésie de Charles Baudelaire Les Fleurs du Mal (1857) sont un rejet passionné des valeurs et du style du réalisme qui balaya la littérature européenne. Inspiré par des écrivains comme Edgar Allan Poe, Baudelaire a plutôt choisi de se concentrer sur l’aspect sombre et sinistre de l’imagination humaine. Il se consacre à la création de poèmes qui explorent les thèmes de l’excès, de la décadence et de l’érotisme, remplis de contrastes saisissants entre plaisirs sensuels, exotisme et extravagance d’une part, et idées de décadence, de monstruosité et de mort d’autre part.

Gargantua and Pantagruel, François Rabelais, (16th Century)

L’un des livres les plus scandaleux de cette liste est également l’un des plus anciens: Gargantua et Pantagruel de François Rabelais remonte au XVIe siècle et comprend cinq volumes distincts, chacun centré sur les aventures et les mésaventures du géant Gargantua et de son fils Pantagruel. Bien que ce soit une œuvre tout à fait unique, la série reflète certains aspects de la nature expérimentale de la Renaissance française, à la fois dans la forme et le contenu: les romans sont caractérisés par leur humour satirique et débauché et des exemples sans excuse de crudité et de violence – menant à une grande controverse lorsqu’ils ont été les premiers. publié.

À la recherche du temps perdu, Marcel Proust (1913-1927)

Écrit sur une période de près de 20 ans, In Search of Lost Time (1913-1927) de Marcel Proust est un chef-d’œuvre d’un style et d’une importance sans précédent. Défiant les définitions romanesques de l’intrigue, du personnage et de la forme, In Search of Lost Time se concentre plutôt sur la représentation de la formation de l’expérience et de la mémoire à travers une multiplicité de perspectives évolutives et entrelacées. Ainsi, au lieu d’être dépeinte comme un récit linéaire et cohérent, la vie devient un acte calme et contemplatif qui est constamment lié au passé par le pouvoir évocateur de la mémoire, une idée magnifiquement rendue dans la prose réfléchie et expressive de Proust .

Indiana, George Sand (1831)

Écrit par George Sand, le pseudonyme de l’écrivaine Amantine Aurore Dupin, Indiana (1831) reprend plusieurs des conventions romanesques du XIXe siècle, y compris ses thèmes d’amour et d’adultère, mais dans le cadre d’une perspective féminine. La protagoniste Indiana est frustrée et insatisfaite de son mariage sans amour et aspire à un épanouissement romantique; ses luttes entre ses désirs et les règles sociales strictes qui régissent sa vie forment la base du drame. À travers son protagoniste, Sand critique la position sociale inégale des femmes et leur dépendance à l’égard du soutien masculin au prix du bonheur personnel.

Madame Bovary, Gustave Flaubert (1856)

Le personnage éponyme de Madame Bovary (1856) de Gustave Flaubert est l’une des protagonistes féminines les plus complexes et les plus tragiques de la littérature moderne. Belle et charmante, Emma Bovary voit le monde à travers un voile de romans romantiques et de sensibilités fantaisistes, qui est constamment en contradiction avec sa vie terne et provinciale et son mariage avec le gauche et pourtant bien intentionné Charles Bovary. La recherche constante d’Emma pour la beauté et le luxe la conduit à l’endettement, à l’adultère et à la ruine, et ses efforts pour séparer ses idéaux romantiques de la réalité de la vie à la campagne sont magistralement décrits dans une prose détaillée et sympathique.

Voyage au centre de la Terre, Jules Verne (1864)

Alors que le marché de la science-fiction et du fantastique devient de plus en plus dominé par les œuvres de langue anglaise, il est peut-être facile d’oublier ses racines nettement européennes. Véritable classique, Voyage au centre de la Terre (1864) raconte l’histoire du professeur allemand Otto Lidenbrock qui trouve un étrange code dans un manuscrit racontant des tunnels volcaniques qui mènent au centre de la Terre. Partant en exploration, Lidenbrock rencontre d’étranges bêtes préhistoriques et des dangers naturels dans sa recherche du noyau terrestre. Passionnant et courageux encore à ce jour, l’extraordinaire roman de Verne témoigne de la puissance de l’imagination et de la fascination de l’époque pour le progrès scientifique.

Le chef-d’œuvre, Émile Zola (1886)

Alors que le monde de l’art prospérait dans la France du XIXe siècle, les œuvres littéraires entourant la vie des artistes et de leurs muses ont prospéré. L’auteur du Chef-d’œuvre (1886), Émile Zola, était ami avec plusieurs des grands artistes de l’époque, dont Édouard Manet et Paul Cézanne; Inspiré à la fois par leurs vies et leurs œuvres, Zola dépeint dans The Masterpiece une représentation fidèle de la vie de l’artiste au XIXe siècle en France et de la tension entre l’artiste et la société, alors que l’art devenait de plus en plus une partie de la sphère publique et ouverte au jugement et la marchandisation.

Les Misérables, Victor Hugo (1862)

Affectueusement surnommé «La brique» et «Les Mis» par ses fans, Les Misérables (1862) reste l’une des plus longues œuvres littéraires jamais écrites. Bien que décourageante, Les Misérables est une lecture incontournable pour sa richesse de style, sa richesse de personnages complexes et son intrigue épique recoupant certains des moments historiques les plus importants de la France du XIXe siècle. Centré sur les «misérables» – les pauvres, les désespérés et les abandonnés – Hugo dépeint néanmoins à travers son chef-d’œuvre le pouvoir de la rédemption et de la bonté humaine, créant un extraordinaire travail d’empathie.

Articles Similaires

Laissez un commentaire