Conclusion

J’ai rêvé les amours divins, L’ivresse des bras et des vins, L’or, l’argent, les royaumes vains, Moi, dix-huit ans, Elle, seize ans. Parmi les sentiers amusants Nous irons sur nos alezans. Il est loin le temps des aveux Naïfs, des téméraires voeux! Je n’ai d’argent qu’en mes cheveux. Les âmes … Continue reading

Conquérant

J’ai balayé tout le pays En une fière cavalcade ; Partout les gens se sont soumis, Ils viennent me chanter l’aubade. Ce cérémonial est fade ; Aux murs mes ordres sont écrits. Amenez-moi (mais pas de cris) Des filles pour la rigolade. L’une sanglote, l’autre a peur, La troisième a … Continue reading

Conseil

Quand sur vos cheveux blonds, et fauves au soleil, Vous mettez des rubans de velours noir, méchante, Je pense au tigre dont le pelage est pareil : Fond roux, rayé de noir, splendeur de l’épouvante. Quand le rire fait luire, au calice vermeil De vos lèvres, l’éclair de nacre inquiétante, … Continue reading

Croquis

Sonnet Beau corps, mais mauvais caractère. Elle ne veut jamais se taire, Disant, d’ailleurs d’un ton charmant, Des choses absurdes vraiment. N’ayant presque rien de la terre, Douce au tact comme une panthère. Il est dur d’être son amant ; Mais, qui ne s’en dit pas fou, ment. Pour dire … Continue reading

Dans la clairière

Pour plus d’agilité, pour le loyal duel, Les témoins ont jugé, qu’elles se battraient nues. Les causes du combat resteront inconnues. Les deux ont dit : Motif tout individuel. La blonde a le corps blanc, plantureux, sensuel ; Le sang rougit ses seins blancs et ses lèvres charnues. La brune … Continue reading

Déserteuses

Un temple ambré, le ciel bleu, des cariatides. Des bois mystérieux; un peu plus loin, la mer… Une cariatide eut un regard amer Et dit : C’est ennuyeux de vivre en ces temps vides. La seconde tourna ses grands yeux froids, avides, Vers Lui, le bien-aimé, l’homme vivant et fier … Continue reading

Ecole buissonnière

Ma pensée est une églantine Eclose trop tôt en avril, Moqueuse au moucheron subtil Ma pensée est une églantine ; Si parfois tremble son pistil Sa corolle s’ouvre mutine. Ma pensée est une églantine Eclose trop tôt en avril. Ma pensée est comme un chardon Piquant sous les fleurs violettes, … Continue reading

En cour d’assises

(A Édouard Dubus) Je suis l’expulsé des vieilles pagodes Ayant un peu ri pendant le Mystère ; Les anciens ont dit : Il fallait se taire Quand nous récitions, solennels, nos odes. Assis sur mon banc, j’écoute les codes Et ce magistrat, sous sa toge, austère, Qui guigne la dame … Continue reading