Caprice blanc

L’hiver, de son pinceau givré, barbouille aux vitres Des pastels de jardins de roses en glaçons. Le froid pique de vif et relègue aux maisons Milady, canaris et les jockos bélîtres. Mais la petite Miss en berline s’en va, Dans son vitchoura blanc, une ombre de fourrures, Bravant l’intempérie et … Continue reading

Chapelle dans les bois

Nous étions là deux enfants blêmes Devant les grands autels à franges, Où Sainte Marie et ses anges Riaient parmi les chrysanthèmes. Le soir poudrait dans la nef vide ; Et son rayon à flèche jaune, Dans sa rigidité d’icone Effleurait le grand Saint livide. Nous étions là deux enfants … Continue reading

Chapelle de la morte

La chapelle ancienne est fermée, Et je refoule à pas discrets Les dalles sonnant les regrets De toute une ère parfumée. Et je t’évoque, ô bien-aimée ! Epris de mystiques attraits : La chapelle assume les traits De ton âme qu’elle a humée. Ton corps fleurit dans l’autel seul, Et … Continue reading

Chapelle ruinée

Et je retourne encor frileux, au jet des bruines, Par le délabrement du parc d’octobre. Au bout De l’allée où se voit ce grand Jésus debout, Se massent des soupçons de chapelle en ruines. Je refoule, parmi viornes, vipérines, Rêveur, le sol d’antan où gîte le hibou ; L’Érable sous … Continue reading

Charles Baudelaire

Maître, il est beau ton Vers ; ciseleur sans pareil, Tu nous charmes toujours par ta grâce nouvelle, Parnassien enchanteur du pays du soleil, Notre langue frémit sous ta lyre si belle. Les Classiques sont morts ; le voici le réveil ; Grand Régénérateur, sous ta pure et vaste aile … Continue reading

Château rural

J’eus ce rêve. Elle a vingt ans, je n’en ai pas moins ; Nous habiterons ces chers coins Qu’embaumeront ses soins. Ce sera là tout près, oui, rien qu’au bas du val ; Nous aurons triple carnaval : Maison, coq et cheval. Elle a les yeux de ciel, tout donc … Continue reading

Chopin

Fais, au blanc frisson de tes doigts, Gémir encore, ô ma maîtresse ! Cette marche dont la caresse Jadis extasia les rois. Sous les lustres aux prismes froids, Donne à ce coeur sa morne ivresse, Aux soirs de funèbre paresse Coulés dans ton boudoir hongrois. Que ton piano vibre et … Continue reading

Christ en croix

Je remarquais toujours ce grand Jésus de plâtre Dressé comme un pardon au seuil du vieux couvent, Echafaud solennel à geste noir, devant Lequel je me courbais, saintement idolâtre. Or, l’autre soir, à l’heure où le cri-cri folâtre, Par les prés assombris, le regard bleu rêvant, Récitant Eloa, les cheveux … Continue reading