En guise d’arc en ciel, le dimanche matin

En guise d’arc en ciel, le dimanche matin,
Neufiesme jour d’octobre apparut une dame :
Son oeil estoit si clair que de sa vive flame,
Il eut pu faire fondre un roc diamantin.

Tout le peuple flechit son courage mutin
Esprit de grand’ merveille, et jetta l’oeil et l’ame
Bien hautement en l’air ou l’horison s’enflamme,
De ceste impression que formoit le destin.

Un soleil jeune et beau, malgré l’obscure nue,
En riant luy monstroit sa face revenue,
Apres avoir long temps autre part esclairé :

Il luy communiqua ses lumieres plus belles
Il borda son habit des couleurs naturelles,
De vert, de rouge brun, de jaune et d’azuré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>