Je disais l’autre jour…

Je disais l’autre jour ma peine et ma tristesse
Sur le bord sablonneux d’un ruisseau dont le cours
Murmurant s’accordait au langoureux discours
Que je faisais assis proche de ma maîtresse.

L’occasion lui fit trouver une finesse :
Silvandre, me dit-elle, objet de mes amours,
Afin de t’assurer que j’aimerai toujours,
Ma main dessus cette eau t’en signe la promesse.

Je crus tout aussitôt que ces divins serments,
Commençant mon bonheur, finiraient mes tourments,
Et qu’enfin je serais le plus heureux des hommes.

Mais, ô pauvre innocent, de quoi faisais-je cas ?
Étant dessus le sable elle écrivait sur l’onde,
Afin que ses serments ne l’obligeassent pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>