La convention

Oui ; de ta bouche enfantine
Donne-moi dans ces vergers
Autant de furtifs baisers
Qu’Ovide en prit à Corine ;
Autant (je n’en veux pas plus)
Qu’il naît d’amours sur tes traces,
Qu’on voit jouer de Vénus
Et de beautés et de grâces,
Sur ton sein, entre tes bras,
Dans ton délicat sourire,
Dans tout ce que tu sais dire,…
Et ce que tu ne dis pas ;
Autant que ton oeil de flamme,
Armé de séductions,
Lance d’aimables rayons,
Et de traits qui vont à l’âme,
De voluptueux désirs,
De rapides espérances,
Et d’amoureuses vengeances,
Signal de nouveaux plaisirs ;
Autant que nos tourterelles
Roucoulent de tendres feux,
Quand le printemps de ses ailes
Semble caresser ces lieux.

Alors, si trop de faiblesse
Me fait toucher à ma fin,
Je dirai ? Viens, ma maîtresse,
Recueille-moi dans ton sein.
Que le vent de ton haleine
Mêle mon âme à la tienne ;
Sa chaleur va m’embraser :
A cette âme évanouie
Rends et souffle encor la vie
Dans un long et doux baiser…

De la rapide jeunesse
Saisissons tous les instants :
Bientôt la froide vieillesse
Vient conduite par le temps,
Hélas ! Et par la sagesse.
Ô ma Thaïs ! Le plaisir
A l’éclat des fleurs nouvelles,
L’inconstance du zéphir ;
Comme lui prompt à nous fuir,
Il se fane aussitôt qu’elles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>