Sonnet

Résolution de maître Adam de ne plus aimer son ingrate par la
protestation qu’il en fait à son confesseur

Mon Père à deux genoux j’accuse mes malices,
Avec un repentir profond et solennel,
Et pour ne point tromper votre soin paternel,
Je laisse de Phillis les aimables supplices.

Éloignant ces beaux yeux, mes souverains complices,
Je change en une nuit un beau jour éternel,
Et si pour bien aimer on devient criminel,
C’est trop peu que l’enfer pour expier mes vices.

Puisqu’il faut obéir aux lois du Tout-puissant,
Pour un si grand sujet je suis obéissant,
En brisant de mes fers la douce violence.

Ha qu’en ce changement je me trouve étonné !
Et que j’ai peu besoin de votre pénitence,
Si cherchant mon salut je passe pour damné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>